Rôle du personnel

AU GRÉ DES RENCONTRES, DES RÉFLEXIONS ET DES INTUITIONS, CETTE PAGE SE PRÉCISE…

RESTEZ CONNECTÉ 😉

Pour devenir membre du personnel d’une école inspirée par la philosophie Sudbury, il n’existe pas de formation. Chaque école étant libre de s’inspirer des livres écrits par les Sudbury Valley School Press, d’échanger avec d’autres personnes intéressées par cette philosophie (forums, rencontres, conférences, autres écoles…) et de recruter son personnel.

La première caractéristique, le premier point fondamental pour les adultes est d’avoir du TALENT et de la PASSION dans la relation et la compagnie avec les jeunes. Le talent est ce qui permet de faire facilement et sans effort ce que la moyenne des autres personnes auraient plus de difficultés à réaliser. La passion est ce qui déclenche le mouvement, l’énergie, la motivation pour réaliser certaines choses. Au croisement des deux (talent et passion) se trouve l’élément selon l’expression de Ken Robinson. Le personnel doit se sentir dans son élément avec les jeunes 🙂 .

Sur un plan pratique, tous les adultes doivent avoir une certaine polyvalence pour pouvoir remplir plus ou moins tous types de tâches dans l’école, des plus « immatérielles » (par ex. discussions avec les jeunes) au plus « matérielles » (nettoyage, rangement, bricolage…) en passant par les tâches administratives. Donc il n’y a pas de personnel spécialisé comme du personnel d’entretien ou des enseignants.

Sur un plan plus subtil mais absolument essentiel, afin de soutenir et maintenir le fonctionnement harmonieux et sûr de l’école, le personnel doit avoir une certaine MATURITÉ. Le personnel, du fait même d’être présent et d’être adulte, influence fortement les jeunes, par imitation et mimétisme. Cela se passe inconsciemment dans tous les domaines de l’être, mais particulièrement dans les attitudes, que celles-ci soient matures ou pas. Cela demande donc aux adultes un réel travail sur soi. Le fondateur de la psychologie analytique Carl Gustav Jung dit « Personne ne peut développer la « personnalité » qui n’en a pas lui-même. Et ce n’est pas l’enfant, c’est uniquement l’adulte qui peut atteindre à la personnalité comme fruit mûr d’une activité de vie orientée vers ce but. Car dans l’accès à la personnalité, il n’y a rien moins que le déploiement le meilleur possible de la totalité d’un être unique et particulier. On ne saurait prévoir le nombre infini de conditions qu’il faut remplir pour cela. Toute une vie humaine avec ses aspects biologique, social et psychique y est nécessaire. La personnalité, c’est la suprême réalisation des caractéristiques innées de l’être vivant particulier. La personnalité, c’est l’action du plus grand courage de vivre, de l’affirmation absolue de l’existant individuel et de l’adaptation la plus parfaite au donné universel avec la plus grande liberté possible de décision personnelle. Élever quelqu’un en vue de cela me semble n’être pas une petite affaire. C’est sans doute la tâche la plus haute que se soit donnée le monde moderne de l’esprit. » (in Psychologie et éducation, 1916-1942). Cette exigence fondamentale est aussi demandée dans les écoles innovantes actuelles, comme par exemple par Caroline Sost (créatrice de la Living school à Paris, voir entre autres sa vidéo Le savoir-être) et par Sophie Bouquet-Rabhi (créatrice de la Ferme des enfants en Ardèche, voir entre autres le chapitre Travailler sur soi de son livre La Ferme des enfants). Daniel Greenberg et Mimsy Sadofsky, créateurs de la Sudbury Valley School, disent eux « Good adult role models, whether teacher or not, are what you are looking for. People who are dynamic, intelligent, hard workers, and who enjoy the company of children, and who have a strong moral and ethical sense » (in Starting a Sudbury school, chapitre Staffing a Sudbury school, 1998). Cependant tout en gardant à l’esprit que personne ne correspond jamais parfaitement à ces critères, et qu’il s’agit d’une démarche, d’un chemin, d’une recherche qui doit se poursuivre tout au long de la vie plutôt que d’un état fixe, atteint à un quelconque moment de la vie avec un quelconque diplôme, voici quelques repères favorables:

  • Incarner des valeurs essentielles aux relations humaines (Les trois valeurs ci-dessous ne doivent pas être séparées les unes des autres, car elles se complètent et s’équilibrent de manière dynamique. C’est notamment par l’authenticité que l’on peut équilibrer la délicate balance entre confiance et responsabilité.)
    • être CONFIANT en la nature humaine, en sa capacité naturelle de curiosité et d’apprentissage quelques en soient les domaines, et en le fait que « le centre, la base la plus profonde de la nature humaine, les couches les plus intérieures de la personnalité sont naturellement positifs » comme dit le psychologue Carl Rogers (in Le développement de la personne, chapitre Sur certaines directions du processus thérapeutiques, 1961). Cela demande de la patience, une grande souplesse intérieure et entraine de ne pas avoir d’attente, de ne pas intervenir sur les autres sauf dans les cas de sécurité physique et morale des personnes ou matérielle de l’école. « Chaque intervention est un pas qui éloigne de l’indépendance » dit Daniel Greenberg (in A clearer view, chapitre What is the role of parents?, 2000). « Plus je suis prêt à reconnaître ce qu’il y a de réel en moi et chez l’autre, moins j’ai le désir d’essayer à tout prix d’arranger les choses. Plus j’essaie de m’écouter et d’être attentif à mon expérience interne et plus j’essaie d’étendre cette attitude d’écoute à un autre, plus j’éprouve de respect pour les complexités du processus vital. C’est pourquoi je me sens de moins en moins pressé d’arranger les choses, d’imposer des buts, de façonner des individus, de les manipuler et de les pousser dans les voies que je voudrais leur voir suivre. Je suis beaucoup plus satisfait d’être simplement moi-même et de laisser l’autre être lui-même » dit Carl Rogers (in Le développement de la personne, chapitre Qui je suis, 1961). Cela demande une certaine maturité et un travail sur soi dans le domaine de la connaissance de soi et du NON JUGEMENT notamment
    • être AUTHENTIQUE, sincère, naturel, vrai, honnête. Cela demande d’accepter de se montrer tel que l’on est réellement, d’en avoir conscience, d’être capable, entre autres, de reconnaître ses erreurs, ses difficultés. Avoir de l’humour sur soi ou avec les autres, ne pas « se prendre au sérieux » sont aussi de bons outils favorables à l’authenticité car ce sont les témoins de la connexion aux choses essentielles de la vie, pas aux apparences. Il est bon aussi d’être capable d’apprendre à tout moment, dans n’importe quelle situation et de n’importe qui, et donc de ne pas venir tant forcément pour apprendre aux jeunes mais au moins autant pour apprendre des jeunes. Cela demande une certaine maturité et un travail sur soi dans le domaine de la connaissance de soi et de l’HUMILITÉ notamment
    • être RESPONSABLE, cohérent, congruent, conséquent. C’est-à-dire reconnaître les conséquences de ses pensées, paroles et actes sur soi, les autres et la nature, et changer, modifier, adapter sa façon d’être et d’agir en conséquence. Avec l’aide de connaissances, cela demande de la sensibilité, de l’écoute, de l’observation, de la disponibilité, de l’empathie mais aussi un certain engagement, courage, détermination. De plus, notamment dans le cadre des relations avec les jeunes, cela nécessite aussi par moment d’intervenir dans les cas mise en jeu de la sécurité physique et morale des personnes ou matérielle de l’école. Ceci dans l’objectif de soutenir et maintenir le fonctionnement harmonieux et sûr de l’école pour tous. Cela demande une certaine maturité et un travail sur soi dans le domaine de la CONSCIENCE et de la COHÉRENCE notamment
  • Avoir aussi bien un minimum de connaissances intellectuelles et historiques générales qu’un minimum de conscience de son propre parcours et histoire de vie
    • dans le domaine des relations humaines, des émotions, de la psychologie (connaissances générales historiques et conscience des personnes, émotions et moments clés de sa propre histoire)
    • dans le domaine de l’éducation, des apprentissages, de la pédagogie (connaissances générales historiques et conscience de son propre parcours d’apprentissage formel et informel) ainsi qu’évidemment connaître de manière assez approfondie et se sentir intérieurement vraiment en accord avec la philosophie Sudbury (pour pouvoir la comprendre, l’incarner, l’expliquer)
  • Se connaître soi-même de manière assez globale et savoir où sont ses principaux talents
    • pratiquer ou avoir pratiqué quelques activités « Pieds » (professionnellement ou en amateur)
    • pratiquer ou avoir pratiqué quelques activités « Mains » (professionnellement ou en amateur)
    • pratiquer ou avoir pratiqué quelques activités « Cœur » (professionnellement ou en amateur)
    • pratiquer ou avoir pratiqué quelques activités « Tête » (professionnellement ou en amateur)
    • pratiquer ou avoir pratiqué quelques activités « Ouverture sur le monde » (professionnellement ou en amateur)
  • Avoir un minimum d’expérience dans quelques différents types de relations avec les jeunes (enseignant, animateur, éducateur, coach, psychologue…)

2 réflexions au sujet de « Rôle du personnel »

  1. Bonjour Emmanuel,
    Merci pour ton message sur mon site sokrathys.wix.com/monsite. Moi aussi, je suis en train de créer une école libre et démocratique au Mont-Soleil (St-Imier). Comme exemple je prend l’école de Grande Ourse à La Chaux-de-Fonds, qui existe depuis 1983 et l’école Villa Monte à Galgenen (SZ), qui existe aussi depuis plus que 30 ans. Je suis connecté sur fb sous le pseudonym « Kaspar Hauser » et je suis en contact avec plusieurs écoles libres en Suisse et en Allemangne. Je distribue aussi le film « Schools of Trust – Free to be Me » de Christoph Schuhmann. Se soir je pars à Prague et je visite aussi l’éditeur tologo Verlag à Leipzig. En parallèle je fais une formation pour apprendre naturellement (LAIS (A/D/CH) et en anglais sous: Lais-Canada (native learning), qui s’oriente à la Kin Tekos (Schetinin) School en Russie. La semaine passé j’ai rencontré Fabrice Dini, auteur du livre école intégrale et enseignant, qui enseigne la pleine consiencse à l’HEP et privé à Sion et à Martingy et que était aussi membre et responsable pour le projet educaterre au canton Vaud. En parallèle j’ai mon école mobile avec laquelle je me déplace avec un livingdome. Bravo pour votre projet et votre site web. On à juste commancé en mois d’Avril et on s’est rencontré hier pour la 4ème fois. Je suis en train de rendre visite dans des differentes écoles en Suisse et en Allemagne (Kapriole, Freiburg). On pouvait aussi y aller en deux ou en groupe. Je parle le français et l’anglais et ma langue maternelle est allemand. Pour cette raison il y a surtout des fautes orthographe 🙂 (et je m’en fiche) Cordialement, Thys alias Sokrathys alias Kaspar Hauser, Prinz von Baden :-), Sokrathys’ école mobile/ école libre au Mt-Soleil.

  2. Bonjour, je suis naturopathe et thérapeute énergéticienne praticienne du Love Energetics (d’Yvon Dubé – Canada) j’habite à St Julien en Genevois et souhaiterais vous rencontrer. Je donne bénévolement des conférences auprès des enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *